Marcher…. Qu’est-ce que ce mot définit ? La liberté, la simplicité, l’humilité…

Le voyage à pied ou plutôt être nomade marcheur est plus qu’une simple activité ou un concept de vacance; C’est un mode de vie à part entière qui ne peut se vivre et être compris que lors d’un total abandon face à la vie et aux évènements. C’est un apprentissage continue où l’acquit ne l’est jamais, chacun part avec un but en soi pour se justifier mais les vrais raisons se trouvent au fur et à mesure sur les chemins.

Ce site vous offrira les récits et pensées de deux amis qui ont un jour décidé de prendre ces chemins.

Le 17 Novembre 2012, François et Jérôme sont partis de Lyon en France avec comme projet de marcher jusqu’au Cap Nord, en Norvège, à pied…

Cette aventure a duré dix mois, dix mois de vie en compagnon, de marche dans les montagnes, routes et chemins, dix mois à faire des rencontres de centaines de personnes toutes uniques les unes des autres, dix mois où surprises et imprévus ont surgies d’un peu partout afin de surprendre et de mettre à l’épreuve… Au total plus de 5500 kilomètres parcourus sur la terre mais encore plus dans les cœurs.

Une fois arrivé au Cap Nord, la route de chacun s’est alors divisée. Il arrive un certain moment où le besoin de continuer seul se fait ressentir. François est allé s’installer en Finlande et Jérôme, après une pause en France pour l’hiver 2013-1014, est repartit de l’endroit où il s’était arrêté puis à poursuivit dans son projet initial qui était de faire le tour de l’Europe sur encore plusieurs années de marche.

Mais pourquoi à pied?

Parce que pour nous cela est une manière de voyager et de découvrir un pays d’une façon différente et bien plus naturelle. Nous prenons notre temps, progressons lentement, allons dans des endroits que nous n’aurions probablement jamais vus si nous aurions été dans la hâte. Bien que le voyage à pied ait été très utilisé dans les temps anciens, notre manière de parcourir un pays n’est pas si ordinaire; Ainsi grâce à cela, les gens locaux nous considèrent moins comme des touristes, deviennent plus proche, nous voyons et vivons « A l’envers du décor ».

Vivre une « Walking Life » aussi c’est adopter un autre mode de vie. Tout ce que nous possédons est contenu dans un seul sac à dos, notre temps n’est pas structuré de la même façon que la vie de sédentaire car nous vivons constamment en mouvement. De cette façon, nous sommes plus ouvert à accepter la venue de surprises et provoquons ainsi plus de possibilités de vivre des expériences nouvelles. Chaque jour devient plus différent, plus unique, plus réel.

Le voyage est aussi bien réalisé à l’extérieur que à l’intérieur, chaque nouvelle expérience provoquent des sentiments nouveaux, vivre d’une autre manière c’est aussi penser d’une autre façon. Ainsi comme des milliards de personnes qui, au fil du temps, ont essayé de comprendre certains mystères de la vie, nous écrivons également nos ressenties et réflexions à ce sujet.

 

François et Jérôme

 

 

L’itinéraire

yessss

33 réflexions au sujet de «  »

  1. Hi
    Just wondering are ye finished your adventure. It was good to have ye stay with us in Galway and be part of your story.

    Take Care

    Kevin

  2. So pleased to meet you at Retezat National Park. I shall enjoy reading about your future adventures. We made it over the hill road but it was 50 very bumpy kilometres and took 4 hours! We stayed at Blaine Hurculane, a very interesting thermal spa town and now we are in Serbia. The photo we took of you is very nice, is there a way of sending it? Bon voyage, ou qu’ils disent en Romanie ‘drum bun’ et emmitoufler en hiver. Best wishes, Kay

  3. Belle rencontre avec un frère et sa soeur venus en Slovénie partager un bout de chemin ensemble. Bon voyage à vous deux . Dominique et Pascale.

  4. Bonjour
    Pour avoir fait avec mon épouse un tour de France à pied, et plusieurs traversées de pays européens, toujours à pied, nous mesurons tous les bonheurs et tous les emm… de votre périple. Félicitations admiratives, et un peu jalouses, parce que nous n’avons plus l’âge, hélas, de nous lancer à nouveau sur de si longs chemins.
    J’attends avec impatience le livre que, j’espère, vous écrirez et publierez. Je suis preneur !
    Si ça peut vous intéresser, je dispose d’une foultitude de références de bouquins-récits de randonnées (dont les miens).
    Bien à vous
    Denis & Lisa Boulbès
    Si ça peut vous intéresser, j’ai une très longue liste de livres-récits de randonnées ( dont les miens) et ne lon

  5. Bonjour ;

    Je m’appelle Claude et j’ai, depuis pas mal de temps, dans la tête cette idée de marcher vers la Norvège (le nord de la Norvège, plus exactement)…
    Etant, au hasard de mes différentes recherches sur le sujet, tombé sur votre site évoquant vos expériences de marcheurs (d’ailleurs, au passage, je vous tire mon chapeau… Bravo!) ; je me suis permis de vous écrire ce message, car j’ai une question très importante à vous poser : Depuis 27 ans, je travaille dans une usine allemande (j’habite à Saint-Avold, en moselle, dans le Grand Est et ça se trouve à une vingtaine de kilomètres de Sarrebruck – « Saarbrücken » en allemand – et j’ai eu, il y a longtemps, cette idée que je qualifierais aujourd’hui de sinon mauvaise du moins pas trop bonne ; d’aller bosser dans ce pays où l’âge de la retraite est actuellement fixé, en ce qui me concerne, – et ça pourrait encore augmenter – à 67 ans !…) et je penses que, à mon âge (j’ai 50 ans), si je démissionnais pour concrétiser ce projet , j’aurais du mal à retrouver un autre boulot, une fois mon périple accompli… Mais, d’un autre côté , maintenant je suis encore jeune et en pleine forme et, n’étant pas devin (bien que je fasse tout mon possible pour que cela se passe bien…) , je ne sais pas si, dans 17 ans, j’aurai encore cette « pêche d’enfer » et, surtout, cette volonté… Alors, pour en revenir à ma question (très importante), j’aimerais savoir ce que vous pensez de tout ça ; est-ce absurde (comme le pense la plupart de mes proches) ou dois-je (enfin!), comme l’écrivait Paulo Coelho dans son livre « L’Alchimiste », suivre ma légende personnelle… Avant que vous répondiez (si jamais vous le faites et, dans le cas contraire, je ne vous en voudrais vraiment pas), je vous ferai remarquer que je ne suis pas influençable ; et je le précise parce que je ne voudrais pas que la qualité de votre réponse soit inspirée par cette crainte de « conduire quelqu’un à sa perte »…

    Même si vous n’aurez (peut-être) pas le temps de me répondre, je vous dit quand-même merci…
    Merci d’avoir créé votre site pour partager vos aventures qui, à mon avis, en feront rêver plus d’un…

    Claude

  6. Bonjour
    Je suis admiratif devant un tel courage et une telle abnégation.
    Je suis randonneur moi même , mais à une échelle infinitésimale par rapport à ces types de périples .
    Grace au concours d’ un certain autre François  » Randonner Malin » que je remercie au passage, j’ai pu prendre connaissance de ces différents reportages qui m’ont aidé à voyager sans pour cela sortir de mes sentiers battus.
    Encore Bravo et merci
    Daniel

  7. Bonjour
    Pour faciliter ou fluidifier la lecture de ce témoignages et les réflexions très intéressantes que vous nous faites le plaisir de partager… je propose une modeste correction de quelques coquilles (mises entre parenthèses dans le texte). D’ailleurs je suis dispo pour corriger plus avant ces petits riens… si vous en voyez l’intérêt :-)
    ………..

    Marcher…. Qu’est-ce que ce mot définit ? La liberté, la simplicité, l’humilité…

    Le voyage à pied ou plutôt être nomade marcheur est plus qu’une simple activité ou un concept de vacance; (.) C’est un mode de vie à part entière qui ne peut se vivre et être compris que lors d’un total abandon face à la vie et aux évènements. C’est un apprentissage continue (continu) où l’acquit (acquis) ne l’est jamais, chacun part avec un but en soi pour se justifier mais les vrais raisons se trouvent au fur et à mesure sur les chemins.

    Ce site vous offrira les récits et pensées de deux amis qui ont un jour décidé de prendre ces chemins.

    Le 17 Novembre 2012, François et Jérôme sont partis de Lyon en France avec comme projet de marcher jusqu’au Cap Nord, en Norvège, à pied…

    Cette aventure a duré dix mois, dix mois de vie en compagnon (s) de marche dans les montagnes, routes et chemins, dix mois à faire des rencontres de centaines de personnes toutes uniques (les unes des autres), dix mois où surprises et imprévus ont surgies (surgi) d’un peu partout afin de surprendre et de mettre à l’épreuve… Au total plus de 5500 kilomètres parcourus sur la terre mais encore plus dans les cœurs.

    Une fois arrivé (s) au Cap Nord, la route de chacun s’est alors divisée. Il arrive un certain moment où le besoin de continuer seul se fait ressentir. François est allé s’installer en Finlande et Jérôme, après une pause en France pour l’hiver 2013-1014, est repartit (reparti) de l’endroit où il s’était arrêté puis à poursuivit (poursuivi) dans son projet initial qui était de faire le tour de l’Europe sur encore plusieurs années de marche.

    Mais pourquoi à pied?

    Parce que pour nous cela est une manière de voyager et de découvrir un pays d’une façon différente et bien plus naturelle. Nous prenons notre temps, progressons lentement, allons dans des endroits que nous n’aurions probablement jamais vus si nous aurions (avions) été dans la hâte. Bien que le voyage à pied ait été très utilisé dans les temps anciens, notre manière de parcourir un pays n’est pas si ordinaire; (.) Ainsi grâce à cela, les gens locaux nous considèrent moins comme des touristes, deviennent plus proche, nous voyons et vivons « A (à) l’envers du décor ».

    Vivre une « Walking Life » aussi c’est adopter un autre mode de vie. Tout ce que nous possédons est contenu dans un seul sac à dos, notre temps n’est pas structuré de la même façon que la vie de sédentaire(s) car nous vivons constamment en mouvement. De cette façon, nous sommes plus ouvert(s) à accepter la venue de surprises et provoquons ainsi plus de possibilités de vivre des expériences nouvelles. Chaque jour devient plus différent, plus unique, plus réel.

    Le voyage est aussi bien réalisé à l’extérieur que à (qu’à) l’intérieur, chaque nouvelle expérience provoquent (provoque) des sentiments nouveaux, vivre d’une autre manière c’est aussi penser d’une autre façon. Ainsi comme des milliards de personnes qui, au fil du temps, ont essayé de comprendre certains mystères de la vie, nous écrivons également nos ressenties (ressentis) et réflexions à ce sujet.

    François et Jérôme

    • Oups! Je n’ai pas imaginé que ce serait publié là! (Je voudrais seulement rendre ce service). Sur ce forum je voudrais plutôt vous redire mon admiration… sans borne! Amicalement. Coralie.

  8. Bonjour Jérôme,
    Je viens de découvrir ton extraordinaire aventure du tour de l’Europe en 4 ans par l’intermédiaire de rando mâlin. Tout d’abord bravo pour ce voyage en dehors du temps et ensuite un seul MAGNIFIQUE.
    J’aimerai partager avec toi quelques informations, relatives aux modes de financement de ton projet et les modes de paiements utilisés dans les différents pays. C’est très perso, mais dans chaque aventure que j’ai découvert ce sujet est rarement expliqué. Je suis moi-même en train de préparer un voyage en dehors du temps pour une longue durée, car à 58 ans, j’ai envie de vivre ma vie comme une aventure et cela sans calendrier et surtout avec la Liberté financière nécessaire pour y parvenir.
    Merci par avance d’exister et de montrer que cela est possible de vivre au rythme des pas. Cordialement Alessandro

  9. Salut la compagnie!

    Pour répondre à Claude (commentaire du 31 décembre 2017), puisque apparemment personne ne se donnera la peine de lui répondre:
    Les jeunes d’aujourd’hui (comme nous, à leur âge) doivent certainement penser qu’à cinquante piges, on est sinon vieux du moins plus jeune (ce qui revient, si on y réfléchit bien, au même)… Ayant moi-même (à quelques semaines près) le même âge que toi, je ne puis que t’encourager, comme l’écrivait Paulo Coelho dans « L’Alchimiste », à « suivre ta légende personnelle » et si tu as peur de le faire, n’oublie pas ces lignes dans ce même bouquin: « La peur de la souffrance est bien pire que la souffrance elle-même… » et, même le célèbre explorateur Mike Horn (qui, soit dit en passant, a lui aussi plus de cinquante ans) disait: « Le jour où je cesserait d’avoir peur, je sais que je devrai m’arrêter… »
    Alors, vas-y mon pote: déploie tes ailes et envole-toi!

    Gérard Savage

Répondre à Kevin Larkin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>